Grandissons dans la Foi

Monts et Sources

Postée le 31/05/2020

La phrase du jour

" Je voudrais tant que, comme chrétiens, nous soyons encore plus, et plus ensemble, témoins de miséricorde pour une humanité durement éprouvée. Demandons à l'Esprit le don de l'unité car nous ne répandrons la fraternité que si, entre nous, nous vivrons ensemble comme des frères. "

Communauté Monts & Sources

Notre communauté est active
sur les réseaux sociaux !

Suivez-nous sur Facebook

Un Triduum Pascal sans eucharistie ?

Hier après-midi, Marie-Anne est revenue, sans doute, parce qu’elle avait besoin d’un moment pour parler… « Excusez-moi de vous déranger, je faisais promener mon chien et comme je passais par ici… je me demandais si vous étiez-là ? …A dire vrai, je voulais aller au magasin pour acheter des œufs de Pâques… j’ai vu dans les publicités des poules et des lapins pour la décoration pascale chez moi mais, cette année je n’ai pas le cœur à ça... Et vous ? Vous ne faites plus de célébrations. Vous êtes donc au chômage comme tout le monde. Que faites-vous de votre temps? … Je me pose beaucoup de questions sur Dieu depuis cette épidémie et me demande constamment où Il se trouve ».

Estimant qu’il y avait une distanciation suffisante entre nous, je lui dis ceci : « J’étais en train d’écrire un petit texte…». De là, je lui explique que nous commençons aujourd’hui, le Triduum pascal. Ayant compris à son regard interrogatif que j’utilisais un mot inhabituel, j’ai repris : « Triduum » chez les chrétiens, Marie-Anne, c’est les trois jours qui constituent la montée vers Pâques. Trois jours qui commencent le Jeudi saint, suivi par le Vendredi saint et culminant vers la fête de Pâques.

Oui, pour bien vivre et célébrer Pâques, nous avons besoin d’accompagner Jésus durant ces trois jours, d’être avec Lui. Avec la pandémie, la situation sera différente cette année. Le pape François nous invite à nous préparer pour aller vers Pâques en ayant en face de nous un Crucifix et l’Evangile. Nous pouvons aménager un coin spécialement pour cela en y ajoutant tout ce qui nous rapproche de Dieu dans la foi pour vivre Pâques « comme une grande liturgie domestique ».

La soirée de jeudi avant sa mort, Jésus nous invite à entrer dans Son d’Amour, qui est source de Vie. Le dernier repas de Jésus avec ses disciples donne sens à tous nos repas en famille. C’est un repas hautement symbolique et riche dans la vérité qu’il traduit. Jésus donne Sa vie librement et par Amour. Il devient ce que nous recevons, le Pain de Vie. « Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie, pour ses amis » (Jn. 15).

« Je ne suis pas pratiquante, mais je suis croyante… C’est un peu compliqué pour moi ».

« Vous savez Marie-Anne, tout croyant est pratiquant à sa façon. Si vous avez une croix à la maison, une statue, le missel de votre communion, … essayez de mettre une petite bougie à côté. Après la messe sur KTO ou RCF ou sur des chaînes Youtube, accordez-vous un moment de prière avec Jésus. Il va au jardin des oliviers pour la prière ce soir »

Le pape François méditait le récit de la Passion, et soulignait un fait surprenant. « Quand Jésus meurt, le centurion romain qui n’était pas croyant, qui n’était pas juif mais qui était un païen, qui l’avait vu souffrir sur la Croix et l’avait entendu pardonner à tous, qui avait touché du doigt son amour sans mesure, confesse : « Vraiment, cet homme était Fils de Dieu » (Mc 15,39). Il dit exactement le contraire des autres. Il dit que Dieu est là, que c’est vraiment Dieu ».

Le Vendredi saint, est le jour de la « Kénose » comme disent les chrétiens, « l’abaissement » du fils de Dieu jusqu’à la croix pour rejoindre l’Homme dans sa condition. Cette pandémie suscite en nous beaucoup de questions sur le mal, la souffrance, l’abandon, le confinement, le renoncement, la solitude, la fragilité de la vie… Le Vendredi saint, nous ressentons la proximité de Jésus dans toutes ces situations que nous vivons. Jésus qui porte la croix à nos côtés. Il porte la croix dans nos maisons, les hôpitaux, dans les rues désertes de nos villes et villages, chez les indépendants désespérés qui ne savent pas comment ils vont rebondir après cette épreuve… Nous ne sommes jamais seuls. Il est avec nous dans notre quotidien, dans nos vies si nous faisons appel à Lui. Le Samedi saint, Jésus au tombeau nous rappelle le confinement, c’est un jour de recueillement, de prière et d’attente.

Toute cette préparation débutée depuis le mercredi des Cendres, prend une dimension particulière pendant ce triduum et culmine vers la veillée pascale, veillée de la résurrection. En contemplant le cœur ouvert du Crucifié suspendu sur le bois de la Vie, l'amour de Dieu rejoint chacun de nous.

Allons vers Lui pendant ces trois jours, laissons son regard se poser sur nous, ses bras ouverts nous embrasser pour nous faire entrer dans l’intimité de son mystère. Nous pourrons réaliser au fond de nous que nous ne sommes pas seuls, son Amour pour nous est premier.

Bon Triduum Pascal.

Fête de Jeudi Saint, 9 Avril 2020,

Abbé Claude Musimar,
Unité Pastorale de Fontaine-Anderlues
Et Unité Pastorale de Courcelles