Grandissons dans la Foi

Monts et Sources

Postée le 31/05/2020

La phrase du jour

" Je voudrais tant que, comme chrétiens, nous soyons encore plus, et plus ensemble, témoins de miséricorde pour une humanité durement éprouvée. Demandons à l'Esprit le don de l'unité car nous ne répandrons la fraternité que si, entre nous, nous vivrons ensemble comme des frères. "

Communauté Monts & Sources

Notre communauté est active
sur les réseaux sociaux !

Suivez-nous sur Facebook

Un dimanche des rameaux, sans rameaux ?

Hier après-midi ma sonnette a de nouveau retenti. Depuis quelques semaines, ce son était devenu rare. C’était avec instance qu’il raisonnait. J’ai hésité avant d’aller ouvrir. Plusieurs questions se bousculaient dans ma tête. Je me disais au fond de moi : « Dois-je accueillir une personne dans un espace fermé ? Je dois respecter les consignes pour le bien de tous. Est-ce que la personne à la porte va respecter la distanciation exigée ? Enfin, l’idée me vint de lui parler par la fenêtre latérale de mon bureau. « Bonjour…». « Je suis Marie-Anne, me dit-elle… Je cherche à vous parler. Je vis seule et je n’ai personne à qui je peux parler… Personne ne me téléphone… Pouvez me donner un peu de votre temps s’il vous plaît ?». Elle m’explique alors qu’elle n’arrive plus à regarder sa télévision, les commentaires à longueur de journée sur le corona la dépriment. Je lui propose alors de suivre la chaîne KTO et lui parle des livres qu’elle pourrait lire ou consulter étant donné qu’elle n’a pas internet à domicile. Puis elle me dit : « Je ne viens pas à la messe habituellement mais, chaque année, je veille à ne jamais manquer d’une branche de buis bénie. Serait-il possible de les bénir et de les déposer dans des églises pour que les personnes puissent passer les prendre ? »

Effectivement, le dimanche des rameaux rassemble en général beaucoup de personnes qui bien au-delà du cercle des pratiquants réguliers, viennent prendre une branche de buis pour l’emporter chez eux. Cette branche reste bien souvent toute l’année dans leur maison. Chacun, selon ses convictions, y accorde ou pas un regard de foi, un sentiment particulier propre. Ce rameau est porte bonheur, il est signe de protection ou de bénédiction… pour certains, d’autres ramènent les buis auprès de leurs défunts aux cimetières…

Alors, naturellement se pose cette question : Est-il possible de fêter le dimanche des rameaux sans rameaux ?

Au début de ce temps de confinement, l’idée m’était venue de bénir des buis et de les mettre à la disposition des paroissiens dans les églises ouvertes à l’heure des célébrations pour la prière libre... Puis, certains paroissiens ont proposé de porter dans chaque boîte aux lettres un message de Pâques dans une enveloppe accompagnée d’une branche de rameau bénie. Je trouvais cette idée géniale, elle limitait le risque d’attroupement et permettait ainsi aux chrétiens de se sentir en communion.

Mais, les consignes concernant le Covid-19 changeant et évoluant souvent rapidement, nous avons reçu entre-temps, un message des évêques qui nous déconseillait de faire cela et nous rappelait que le risque de contagion devait absolument être limité afin que nous puissions tous sortir de cette situation difficile.

Toutefois, il est bon de se rappeler que le respect de ces consignes ne doit pas nous empêcher de vivre notre foi chrétienne. Au contraire, le chrétien se rapproche de Dieu lorsqu’il est plus proche des autres et respectueux du bien de tous. Le Seigneur nous donne l’intelligence de bien discerner le vrai chemin à prendre, en respectant sa propre vie et celle des autres.

Ne pouvons-nous pas fêter le dimanche des rameaux autrement ?

Ce Carême n’a cessé d’être vraiment particulier. Le dimanche des rameaux cette année sera pour nous aussi une véritable entrée dans la Semaine Sainte par l’offrande que nous ferons de cette privation.

Les prêtres qui vont célébrer seuls seront en communion avec nos paroissiens qui leurs sont confiés. Il est essentiel de rappeler que chacun de nous, en communion avec les messes célébrées dans nos paroisses, pourra se mettre au moins spirituellement parmi les personnes qui portent ces rameaux et qui ne sont pas les figurants d’un spectacle folklorique du passé, mais des fidèles de Jésus qui font mémoire de Lui aujourd’hui . Des amis de Jésus qui cheminent avec Lui vers le jardin des oliviers.

Au jardin des oliviers, nous entendons Jésus nous redire : « Veillez et priez, … l’esprit est ardent, mais la chair est faible » Mt 26,41. C’est avoir la force de se tenir débout même au moment où nous avons plus peur. C’est demander au Seigneur de réveiller en nous le courage de la foi.

La Semaine Sainte nous invite à contempler la grandeur de l’Amour passionné de Dieu pour l’homme. La générosité d’un Dieu qui ne veut pas que nous puissions considérer la souffrance, les épreuves comme une punition mais comme un moment qui nous interroge sur le sens profond de notre fragilité, de notre vie. C’est la marche vers Pâques des enfants de Dieu à la suite de Jésus-Christ.

Bonne semaine sainte.

Samedi 4 Avril 2020,

Abbé Claude Musimar,
Unité Pastorale de Fontaine-Anderlues
Et Unité Pastorale de Courcelles